Palmé en 2011 pour Tree of life, Terrence Malick a également reçu l’Ours d’or en 1999 pour La Ligne Rouge. 16 ans plus tard, peut-il recevoir à nouveau la statuette ursidée ?

Si j’avais vu tous les films de la sélection, j’aurais pu de manière exhaustive établir un palmarès complet en toute connaissance de cause. Mais comme je n’en ai vu qu’une partie, je vais me contenter de quelques commentaires pour répondre à la question que tout le monde du cinéma a sur les lèvres aujourd’hui : quels sont les candidats les plus aptes à recevoir un prix pour cette Berlinale 2015 ?

Tout d’abord, parmi les 17 films en compétition cette année, il y a une écrasante majorité de films européens (10), et aucun film africain. Par contre les 3 Amériques (du Nord, du Sud, et Centrale) sont representés, ainsi que l’Asie.

Quelques statistiques
Les films de la compétition mis bout à bout durent 2019 minutes, soit près de 34h de projection – environ 2 saisons pleines d’une série comme Games of Throne.
La durée moyenne des films présentés est de 118 minutes (près de 2h), soit la durée exacte de deux films de la compétition : Nobody Wants the Night d’Isable Coixet (présenté en ouverture), et Knight of Cups de Terence Malick.

De quelle manière classer les films pour y voir plus clair ? Probablement dans trois catégories :

1°/ Les sortants immédiats
Ceux qui ne figureront pas dans la palmarès, à moins d’une chute de météorite (comme dans l’excellent H. présenté dans la section Forum) sont :
– Ten No Chosuke : vu, et je peux affirmer que sa place n’a pas grand chose à faire dans un festival
–  Gone With the Bullets : pas vu, mais lu les retours de la presse qui sont acablants
–  Queen of the desert : pas vu, mais visiblement la déception est grande par rapport à l’attente suscitée par Herzog
–  Eisenstein in Guantanajo : vu, et j’ai trouvé ça vraiment honteux.
Mais les avis sont partagés sur ce drnier, alors ce n’est pas complètement impossible qu’il reparte avec un prix (certainement pas l’Ours d’or), mais franchement ce serait honteux de la part du jury d’Aronofsky.

2°/ Les candidats 3 étoiles pour l’Ours d’or
Mon favori, je ne le cache pas, est le Knight of Cups de Terence Malick. Mais Taxi de Jafar Panahi ferait aussi un très bon candidat. C’est un film drôle, brillament réalisé, et dans une ambiguité constante entre le documentaire et la fiction. Le propos politique du film le rend d’autant plus fort, Panahi ayant de nouveau bravé son interdiction de tourner. Lui attribuer l’Ours d’or serait un choix audacieux, mais l’Ours d’argent du meilleur réalisateur serait un choix ironique et amusant, sachant que dans son film Panahi est à la fois : réalisateur ; acteur ; chef opérateur ; et chauffeur de taxi.

Concernant la meilleurs actrice, il y aurait une option « vétérante » avec Charlotte Rampling, éblouissante de justesse dans 45 years, et l’option « jeune talent » avec la prestation de Laia Costa dans Victoria, que je n’ai pas vu mais qui est parait-il assez étonnant.

Le meilleur acteur pourrait être Tom Courtenay, qui donne la réplique à Rampling dans le film subcité, même si il est relativement inconnu. Sinon il y aurait l’option trop facile de récompenser la performance de l’excentrique Elmer Bäck qui incarne Eisenstein, mais vous l’aurez compris, je n’y suis pas favorable.

3°/ Les outsiders
Des films plus discrets, de pays dont on entend moins souvent parler dans le cinéma, avec des acteurs inconnus, et dont les réalisateurs ne nous disent rien ou presque. Entre dans cette catégorie :
– Body
– Aferim
– Ixcanul
– Cha và con và
Je n’ai vu que le dernier, qui mérite un prix, mais j’ai cru comprendre qu’Ixcanul avait de sérieux atouts pour remporter un des prix.

4°/ Les prix un peu long à prononcer
Deux autres prix, assez atypiques, sont décernés lors de la Berlinale.
a) Le « Alfred Bauer Prize » est decerné à un film qui « ouvre de nouvelles perspectives ». Pour un tel prix, je ne vois pas quel film pourrait convenir, du moins pas parmi ceux que j’ai vu. Est-ce que Victoria, dont la prouesse réside en un unique plan séquence de 2h, conviendrait ? Ou Cha và con và si il ne remporte pas un prix plus haut placé comme le prix du jury.
b) Le prix pour un « incroyable résultat artistique » (Award for an Outstanding Artistic Achievment). Victoria pourrait à nouveau convenir ; ou Knight of Cups pour son incroyable image, montage et musique, mais ce serait tel un lot de consolations qu’il en paraitrait ironique.

5°/ Et la surprise ?
Under Electric Clouds » serait un choix de facilité pour l’Ours d’or, tant le cinéaste se regarde filmer. Comme le souligne le site Film de culte, ce film est un « piège à Ours d’or ».
Il serait plaisant de voir récompenser plutôt El Boton de Nacar, le très beau documentaire de Patricio Guzman qui se situe dans la droite lignée de son précédent film, le tout aussi beau Nostalgie de la lumière. Il a toutes les qualités pour recevoir un prix, et il serait audacieux de couronner un documentaire, ce qui se fait rarement en festival (et pas toujours pour les bonnes raisons, voir la palme Farheneit 9/11 en 2005).

Au final même si le jeu des pronostics est amusant et permet de faire le bilan du festival, il est aussi un peu vain car au final, seul le jury décide. Et comme ses membres ne s’expriment pas publiquement pendant toute la durée du festival, à moins de les connaitre personnellement ou d’écouter aux portes, il parait bien difficile de rentrer dans la tête d’Aronofsky pour y lire son film favori. Le cinéma de Malick a des parentés avec le sien, mais en soit, ça ne veut rien dire. D’autant qu’il n’est pas le seul à prendre la décision.

Résultat des courses à partir de 19h, vous pourrez suivre le direct sur le site de la Berlinale. Et pour les amateurs de tapis rouge, ça démarre même à 17h30.
Rendez-vous lundi pour le commentaire du palmarès, car demain je rattrape tous les films que l’on n’a pas vu !